Ok

Agir avec la Safer
La Safer en détail
Dans un contexte de forte pression foncière, la médiation au service de la sérénité d’un vendeur

«J’aurais pu vendre tout seul, mais… j’ai choisi la sérénité et la tranquillité, se rappelle Christian Lamarque, aujourd’hui retraité. Je n’ai cherché à négocier avec personne, excepté avec la Safer qui s’est occupée de tout.» Eleveur à Samadet dans le Sud des Landes, M. Lamarque a souhaité céder les 39 ha de son exploitation (30 ha en propriété, le reste en fermage) en sollicitant les services de la Safer. Et pour cause, au total 23 agriculteurs, parmi lesquels bon nombre de ses voisins et connaissances, se sont portés candidats à l’acquisition de son exploitation !



«Je les côtoie toujours, et je n’ai jamais eu aucun souci avec personne, jamais même en froid», raconte M. Lamarque. Des agriculteurs candidats non retenus et mécontents, il n’en a jamais eu vent. Et pourtant, engagé sur sa commune, il est toujours conseiller municipal et président de la société de chasse. Il a de plus conservé sa maison d’habitation. Autant dire l’importance pour lui d’entretenir de bonnes relations avec ses voisins agriculteurs !

«Si M. Lamarque n’a jamais eu de retour d’agriculteurs voisins mécontents, nous si !», remarque Yan Chasserio, conseiller foncier de la Safer sur le secteur. «La Safer a pleinement joué son rôle de conciliateur entre des candidats concurrents», précise-t-il. Car 23 candidats à l’acquisition d’une exploitation agricole, c’est un record, même pour la Safer des Landes. Difficile, bien  entendu, de contenter tout le monde. «Nous avons finalement imaginé, en concertation avec la profession, une solution incluant une proposition d’échanges entre des exploitations du secteur», explique Yan Chasserio. Au final, le comité technique de la Safer retiendra 6 candidats, avec une restructuration globale à partir de 18 ha cédés par les 6 agriculteurs retenus, permettant ainsi d’attribuer du foncier à 3 candidats supplémentaires.



Pourquoi tant de candidats à l’acquisition de cette exploitation ? Le secteur de Samadet, le long de la vallée du Gabas, regroupe des terres de haute qualité agronomique, des terres noires à haut rendement pour des cultures de maïs même sans irrigation. Les exploitations du secteur, en grande majorité de grandes cultures et d’élevages porcins, cherchent à augmenter leurs surfaces d’épandage, et le contexte d’augmentation du prix des céréales obligent les éleveurs à rechercher plus d’autonomie alimentaire. De plus, le marché foncier y est très calme. Peu de libération de foncier pour des besoins croissants : voilà les ingrédients d’une véritable pression foncière !
».

«C’était un dossier compliqué, une première pour nous», se rappelle Yan Chasserio. Cette opération a permis aux services de la Safer de mettre en place une méthodologie spécifique pour ce type de dossier traitant autant de concurrences. A point nommé, la Safer vient de passer au comité technique landais du mois de mai 2013 un nouveau dossier, avec 16 candidatures pour l’acquisition d’une propriété de seulement 5 ha !

Aujourd’hui, Christian Lamarque profite pleinement de sa retraite. Avec toujours un petit pincement au coeur quand il parle de sa vie passée d’éleveur. «C’était un passion pour moi, raconte-t-il, mais je ne pouvais pas continuer seul, c’était un métier difficile, et je n’avais pas de successeur…» Ayant déjà  travaillé auparavant avec la Safer, c’était pour lui une évidence de faire appel à ses services. «C’est le rôle et le métier de la Safer de gérer ce genre d’affaire ! Je ne me suis occupé de rien, juste d’être présent le jour de la signature. Pour l’anecdote, la signature des nombreux actes de vente a quand même pris une journée entière !»


Article extrait de Paroles de Foncier N°5 - Juin 2013
AGRICULTEURS


Vendeurs / Acquéreurs


Agriculteurs cédants


Jeunes agriculteurs
Vidéo - La Safer estime la valeur de votre propriété rurale : une expertise qui garantie la réussite d'une transmission

Vidéo - Dans les Landes, l'exemple de la transmission d'une exploitation porcine qui a nécessité une expertise particulière

Information
La Safer s'engage pour une agriculture durable en Nouvelle-Aquitaine
La Safer est membre co-fondateur de la Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine. La Fondation lance un appel à projet et récompense les agriculteurs qui, par leurs pratiques innovantes, concourent au développement d'une agriculture durable. En savoir plus...

La Safer s'engage pour une agriculture durable en Nouvelle-Aquitaine
La Safer est membre co-fondateur de la Fondation pour une Agriculture Durable en Nouvelle-Aquitaine. La Fondation lance un appel à projet et récompense les agriculteurs qui, par leurs pratiques innovantes, concourent au développement d'une agriculture durable. En savoir plus...